Traditionnellement, les portraits d’entreprise, ou portraits corporate, font l’objet d’une codification assez stricte, laissant peu de place à la créativité ou à l’originalité. Heureusement chez Keole, on a beau faire les choses dans les règles de l’art, on ne fait pas vraiment dans le « tradi ». Et c’est tant mieux !

Pour vous démarquer, pourquoi ne pas opter pour des portraits d’entreprise décalés ?

Dans cet article, je vous propose de passer en revue les règles classiques du portrait d’entreprise ; pour mieux les contourner, évidemment.

La pose.

Le plus souvent les bras croisés, ¾ de profil, sur fond neutre de préférence, la posture adoptée pour la prise d’un portrait d’entreprise se doit de véhiculer une image professionnelle imprégnée de sérieux, même si le petit sourire avenant est de rigueur, symbole universel de réassurance, de sympathie et d’ouverture. Le regard doit affronter l’objectif (pas de chance pour les timides), comme on affronte ses responsabilités dans le monde professionnel. En effet, un regard fuyant reste un présage d’incertitude et de vulnérabilité. Enfin, le format le plus traditionnel reste le portrait taille.

Parfaits contre-exemples : Soleine & Caro.

Caro s’est armée d’un mégaphone pour symboliser, non pas sa grande gueule*, mais son rôle dans la communication web : être force de proposition, imposer sa présence parmi les agences web de Montpellier, c’est ce que représente cet objet cocasse que nous avons intégré dans ce portrait.

 

J’ai aussi opté pour un cadrage américain, ainsi qu’un objectif de 24mm afin d’obtenir un effet de disproportion.

(*expression employée avec l’accord de Caro)

Avec Soleine, j’ai opté pour une pose donuts, par mimétisme avec son personnage South park.

Dans l’esprit « sérieux décalé », j’ai choisi avec Soleine de miser sur la créativité du portrait pour mettre en avant la sienne. Mais les donuts ne sont pas que des accessoires anecdotiques : leur rondeur dénote la flexibilité dont il faut savoir faire preuve dans le rapport aux clients, mais aussi à l’esprit géométrique, c’est-à-dire à la précision du travail.

Quant à leur couleur, ils renvoient à l’importance des choix colorimétriques dans le métier qu’exerce Soleine.

Quoi de plus adapté pour représenter la personnalité d’un webdesigner ?

Le style vestimentaire.

Ici, deux tendances : la première, c’est celle du tailleur et de la chemise, arguments choc du professionnalisme et de bonne figure. La deuxième, c’est la version décontractée du jeune cadre dynamique, vêtu d’un jean, d’un pull et de ses baskets blanches. Les deux visent à inspirer la confiance, la force tranquille de la réussite et le professionnalisme.

Parfaits contre-exemples : Antoine & Guillaume.

Avec Guillaume et Antoine, on est passé du côté fun de la force. Plutôt que se vêtir d’une tenue stricte et sérieuse, ils ont choisi de se représenter avec quelque chose qui leur ressemble vraiment, parce que chez Keole aussi, on vient comme on est.

La post-production.

Traditionnellement, le traitement colorimétrique sur Photoshop est minimal, le fond neutre, et la chromie, la plus naturelle possible. Il s’agit de montrer la personne dans son cadre de travail de la façon la plus authentique possible.

Parfaits contre-exemples : Julien & Hervé.

Chez Keole, être authentique, c’est justement être décalé. La preuve en images, avec Julien et Hervé, qui sont représentés dans une sorte de « mixed-media » : une photographie en noir et blanc avec un objet recolorisé, ainsi qu’un fond graphique aux couleurs de Keole. Nous voici donc avec Hervé, qui a toujours des astuces lorsqu’il s’agit de coder, et Julien, qui pratique plus ou moins secrètement l’art du pliage.

Le mot de la fin : sortir du cadre.

Commander des portraits d’entreprise décalés demande non seulement de l’audace et du courage, comme il en faut toujours lorsque l’on se démarque de la norme, mais aussi une bonne dose de certitudes : savoir quelles sont les valeurs de notre entreprise, savoir ce que l’on vend et surtout, savoir que ce sont nos petits grains de folie qui nous rendent plus humains.

Les portraits de la team Keole sont visibles sur le site keole.net et ont été réalisées par Audrey Ginting @audrey_ginting.photography

Un article rédigé pour vous par JP Loup

He’s sexy and he knows it, you can touch his mustach. "Issu de l'imaginaire de l'équipe, Jean-Pierre Loup c'est une mascotte, une égérie, un mythe. Il vous propose dans ce blog de découvrir les coulisses du web à travers la plume virtuelle des gens qui sont passés par l'agence Keole : stagiaires, anciens employés, amis, famille..." Spécialités : sauver le monde | taper l'incruste | raconter de belles histoires. Il aime : se compliquer la vie, car optimisé c'est triché | les arrêts maladie | la deeptechnopunktrancealternative. Il aime pas : réfléchir à outrance | les au revoir | signer ses mails avec un "Cordialement".