Moi, skyzophrène

Et oui, comme beaucoup d’entre nous la pub à outrance m’exaspère. Ne regardant que très peu la télévision et préférant visionner mes abrutissements préférés en mode replay, je fais parti de ceux qui pestent lorsque, obligés de regarder une paire de réclames, je ne peux même plus accéder au saint bouton « avance rapide ».

Mais, parallèlement, je travaille dans une agence web à Montpellier. Une partie de mon métier consiste à positionner les sites internet des mes clients dans les résultats de recherches de nos moteurs préférés. Pire, de leur vendre des espaces publicitaires qui iront, subrepticement, s’introduire dans leur fil d’actualité. Oui, je suis complètement skyzo, mais ce qui me rassure : c’est que je ne suis pas le seul.

Google, mon maître

Jusque là vous vous demandez où est ce que je veux en venir ? Et bien voila, Google, dans sa grande sagesse, grand argentier de la publicité en ligne , champion du monde de la monétisation des informations personnelles vient d’indiquer qu’il allait pénaliser dans ses résultats de recherche les sites internet contenant trop de publicités.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais

Google va donc, dès le mois de novembre mettre en place un système de pénalités visant à punir les sites web abusant de publicités… Interstitielles.

Les publicités interstitielles pénalisées

Surtout présentes dans les versions mobiles des sites internet, les publicités interstitielles sont ces pancartes envahissantes qui cachent une partie significative du contenu de la page. Souvent, trop souvent, ces publicités ont pour objectif de vous inviter à installer une application sur votre mobile. C’est cette mauvaise habitude que Google compte punir en supprimant le label mobile-friendy aux sites web abusant de cette pratique.

Publicités interstitielles : bonne pratiqueBonne pratique

Les publicités interstitielles sont discrètes, une  grande partie du texte reste lisible. Les éléments de navigation peuvent rester accessibles. La publicité n’ouvre pas de fenêtre supplémentaire et si elle vous invite à installer une application tierce, cela reste discret, non-invasif.

Publicités interstitielles : mauvaise pratique

Mauvaise pratique

Les publicités interstitielles occupent tout l’espace, elles empêchent d’accéder à la navigation du site internet et… Un gros bouton tout moche clignotant vous incite fortement à télécharger et installer la meilleure application du monde qu’il vous faut absolument, maintenant… TOUT DE SUITE !

A l’heure actuelle Google précise que ce sont uniquement les publicités interstitielles incitant à l’installation d’applications qui seront visées par les pénalités. Nulle crainte à avoir, pour l’instant, si votre site contient des publicités moins intrusives.

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez savoir si votre site rempli les conditions – en constante évolution – que retient Google pour savoir si votre site est mobile-friendy : il vous suffit d’utiliser l’outil de test de compatibilité mobile de Google.

Un article rédigé pour vous par Alex

Gérant & Directeur technique. "Spécialisé dans les métiers du web depuis plus de seize ans, il a créé l'agence web Keole en 2012. Architecte, Il analyse, synthétise et conceptualise les différents projets de l'agence depuis sa tour de contre-ordre." Spécialités : Touche à tout écervelé. Il aime : voir le verre à moitié plein | les cataclysmes, les volcans et les dinosaures | l'absurde | l'abîme. Il n'aime pas : ceux qui voient le verre à moitié vide | le repli sur soi | Dieu, s'il existait. Son idole : Laszlo Carreidas